Mots d’ados

banniere_mots-ados

Un projet collaboratif.

Depuis plus deux ans, Irvin Anneix collecte des écrits intimes d’adolescents : lettres, emails, extraits de journaux intimes, blogs etc. Il en a pour l’instant collecté plus de 5000 de 300 contributeurs différents, adolescents comme adultes.

Avec différents degrés d’intimité, ils abordent les expériences de l’adolescence : les premières fois, les déclarations et les ruptures, les questions existentielles et identitaires… Ils mettent en lumière des moments heureux et douloureux.
Intimes, ils sont pour autant universels et font écho à l’histoire personnelle de chacun.

lettre à Laura

 

La voix de l’adolescence.

Irvin lit et sélectionne ces écrits afin de créer un corpus cohérent et varié. Son parti pris est de transformer ces écrits en rencontres. Pour cela, il fait lire et commenter cette collection d’écrits par d’autres adolescents qui en deviennent : « la voix ». Cela créé parfois des rencontres fortes entre l’écrit et son lecteur. La voix se trouble, une colère ou des larmes montent…

Retrouvez Mots d’ados à partir du 15 mai 2016, en ligne et au Studio 13/16 du Centre Georges Pompidou.

En attendant, rejoignez la communauté Mots d’ados sur Facebook, Instagram et Twitter.

À propos de l’auteur.

Je m’appelle Irvin Anneix, j’ai 25 ans et je suis aujourd’hui designer et artiste multimédia. Certainement parce qu’elle fait écho à mon histoire personnelle, la question de l’identité m’a toujours obsédée et c’est logiquement que mon intérêt s’est rapidement porté vers l’adolescence. J’explore cet âge depuis maintenant trois ans, au travers de résidences en collèges et de projets documentaires. La dimension collaborative et documentaire fait partie intégrante de ma démarche. Inspiré par le travail de l’artiste estonien Mark Raidpere, Mots d’ados est suspendu entre la sphère intime et la sphère publique. Au travers des écrits intimes de cet âge, il documente de manière objective les maux de l’adolescence au travers de mon histoire personnelle. Il rassemble des histoires qui partagent toutes des sensations et des saveurs communes et qui pourtant, abordent des thèmes et des écritures radicalement différentes. Collecter les écrits intimes de l’adolescence était pour moi une évidence : celle de raconter de l’intérieur les réflexions profondes des adolescents, tranchant avec les clichés que l’on peut avoir sur cet âge, souvent réduit à sa légèreté, aux faits anecdotiques. Au contraire, ces écrits mettent en lumière des réflexions riches et profondes, une matière “noire”, brute et sans implicite à l’heure où nous diffusons uniquement un contenu positif qui nous valorise – et c’est encore plus le cas chez les adolescents. Les lire, les partager sur le web, c’est une manière de les rendre légitimes, de s’interroger aussi sur la violence de notre société. Les adolescents pourront s’y identifier, prendre conscience qu’ils ne sont pas seuls à éprouver des émotions complexes et difficiles. Les adultes pourront se souvenir de leurs propres maux, reconsidèreront ceux de leurs enfant.

www.irvinanneix.com


PUNK ME

punk me

Reveille ton esprit punk ici

Où se cache encore le punk aujourd’hui ?
Comment se niche t-il dans les séries télé, le graphisme, la littérature, les mouvements contestataires, les acteurs de l’internet, ou les punchlines politiques ?

Difficile de cerner le punk aujourd’hui, si ce n’est qu’il se trame en chacun de nous tous, ou presque, et s’immisce dans la création artistique sous de nombreuses formes. Etre punk, avoir une attitude punk, parfois même dire que tout ceci est « trop punk »… Kezako ?

Plus qu’une musique, un état d’esprit. Cette appellation générique liée à un mouvement artistique (au-delà de la musique, le design, la mode, le graphisme, la littérature, le cinéma furent aussi marqués par cette secousse) dans un contexte précis, est devenu au fil du temps un mot valise, où l’on glisse tout et n’importe quoi, parfois même le contraire. On déambule dans la ville, à la recherche de soi-même, en traquant, au fil d’un test de personnalité, les éléments du puzzle de tous les punks possibles.

Punk Me

PUNK-ME invite quatre grands témoins, le producteur JB Wizz (Born Bad), le galeriste Laurent Zorzin, l’écrivain Ariel Kyrou, le programmateur de France Inter Djubaka, à nous donner leur version de l’esprit punk. PUNK-ME va fouiller dans les archives, sans céder aux sirènes de la commémoration. Non avant ce n’était pas mieux. Avant c’était différent, ou plutôt autrement. Autre temps. Le punk, même pas mort, vive les punks ! Sauras-tu réveiller l’esprit punk qui sommeille en toi ?

PUNK ME a été désigné « site of the day » par le cultissime Favourite Website Awards qui sélectionne tous les jours le meilleur du webdesign.

See the PUNK ME award on TheFWA!

PUNK ME


STAINSBEAUPAYS

photostains

DES ATELIERS « WEBDOC » AVEC DES COLLEGIENS DE STAINS

Sur la proposition de Cinéma 93, Elliot Lepers et Simon Bouisson ont animé un atelier webdocumentaire dans une classe de 3ème au Collège Joliot-Curie de Stains en banlieue parisienne durant l’année 2012-2013. Au delà de transmettre leurs compétences de réalisateurs, ils ont surtout voulu partager leur enthousiasme pour les nouvelles écritures audiovisuelles et multimedia. Quoi de plus stimulant qu’un média ouvert à tous types de genres, contenus, formats, durées, tonalités, rythmes ? On peut encore tout y inventer avec une grande liberté. Pas de code, pas de format : n’est-ce-pas ce à quoi on aspire à l’adolescence ?

Ils ont proposé aux ados de Stains de créer ensemble une oeuvre qui leur ressemble, où chacun se raconte librement, une oeuvre sur ce qu’ils connaissent : Stains et eux, eux et Stains. STAINSBEAUPAYS !

photostanis

UN FILM INTERACTIF ET INFINI

L’objectif est de confronter dans un même film, le regard des collégiens et celui des réalisateurs sur eux, en faisant se croiser sur une timeline infinie, un carrousel d’histoires. Cette timeline inédite est à l’image de ces ados : ils forment une ronde, pour danser, discuter ou même se battre, et l’un d’eux passe au centre pour s’exprimer. C’est une roue, comme une ode à la liberté : il n’y a pas de début et pas de fin, c’est un film infini. On y monte à n’importe quel moment et la roue tourne, les films s’enchainent, Elliot et Simon servent de guides discrets en contre-champ.

photostaisn

UN CODE OUVERT

Cette timeline circulaire infinie générée par une succession de fichiers vidéo a été développée en html5, un langage libre et ouvert, que nous avons choisi de distribuer librement à la communauté